Accueil Actualité Un chien sauve de la mort deux chatons

Un chien sauve de la mort deux chatons

par -
0

Un chien sauve deux chatons de la mort 300x168 Un chien sauve de la mort deux chatonsEn août 2011, dans l’Iowa aux États Unis, un labrador nommé Reagan trouve un sac rempli de chatons au bord de la route qu’il rapporte à la maison et attend sagement le retour de sa maîtresse.

Lorsque cette dernière rentre, habituée aux trouvailles régulières de Reagan, elle ne prête pas attention à ce sac qui semble être un simple sac d’ordures.

Mais son chien semble étrangement bouleversé et n’adopte pas un comportement habituel face au sac trouvé.

Intriguée, elle ouvre ainsi le sac et découvre horrifiée une portée de chatons, peut être 4 voir 5, morts pour la plupart ; difficile de compter tant il y a de sang…

En effet, quelqu’un voulant se débarrasser d’une portée entière de chatons, n’a pas trouvé mieux que de les déposer au bord d’une route très fréquentée. Mais des cris émergent du sac, deux chatons essayent de sortir: les deux rescapés de cette barbarie.

Un dénouement heureux

Skipper et Tipper 300x225 Un chien sauve de la mort deux chatonsKerry, la maîtresse de Reagan, les a ainsi lavé et nourri et réalise qu’ils ont été laissé sur cette route intentionnellement.

Prise par son travail et ne pouvant assumer ces deux chatons, Kerry contacte plusieurs associations pour recueillir les deux chatons, seule l’une d’entre elles a accepté: l’association « RVAS » (Raccoon Valley Animal Sanctuary & Rescue).

Les deux chatons ont été soigné et stérilisé. Nommés Skipper et Tipper, ils reçoivent des dizaine de demandes d’adoption chaque jour, mais devant la médiatisation de cette histoire, l’association étudie attentivement chaque demande d’adoption, pour éviter un retour au refuge.

On peut s’attarder sur l’instinct de ce chien qui l’a poussé à sauver ces chatons plutôt que d’adopter le comportement inverse à la vue du sang. Il a compris la détresse de ces chatons et les a sauvé d’une mort certaine avec l’aide de sa maîtresse.

AUCUN COMMENTAIRE

Réagir à cet article