Une castration chimique possible pour les chiens ?

Une castration chimique pour les chiens ?

C’est une étude parue dans le Dailymail qui nous apprend qu’un traitement médicamenteux pourrait remplacer la castration « physique » des chiens.

Le laboratoire Ark Science de New York aurait ainsi mis au point un traitement sous forme d’une seule injection qui agirait au bout de 30 jours et permettrait la castration chimique et permanente des mâles sans avoir recours à l’ablation des testicules.

Le déroulement de l’injection

La substance élaborée à base de gluconate de zinc, de L-Arginine (un acide aminé) et d’eau purifiée, est injectée dans le scrotum de l’animal.

Utilisé sur des chiens de 3 à 10 mois, ce traitement provoquerait  « une stérilisation permanente sans effet indésirable nécessitant un traitement médical, dans près de 99% des cas ». Ce traitement autorisé et utilisé jusqu’à présent sur 300 chiens, tue les spermatozoïdes et bloque de façon permanente les conduits testiculaires.

Une castration chimique pour les chiens ?

Un traitement sans réelles conséquences ?

Le gouvernement américain pourrait valider le traitement pour les chiens de tout âge, mais qu’en est-il des effets indésirables ?

A priori, les seuls effets indésirables seraient des vomissements et des pertes d’appétit. Il n’existe à ce jour, aucun rapport à long terme sur les problèmes de santé liés à ce traitement.

Le site internet du laboratoire déclare:

[pull_quote_center]Nous avons suivis 40 chiens pendant plus de deux ans et disposons de données sur un grand nombre d’entre eux sur plus de cinq ans. Depuis 1999, lorsque les premières études cliniques ont été réalisées, il n’y a pas eu de rapports d’effets secondaires à long terme.[/pull_quote_center]

Quelle avancée médicale ?

Il est difficile aujourd’hui, au vu du peu de recul sur ce traitement chimique, de se prononcer sur son bénéfice par rapport à la castration traditionnelle. Il est clair que le recours à un traitement médicamenteux éviterait de passer par l’ablation des testicules qui implique parfois des traumatismes chez les chiens comme chez les maîtres.

Attendons encore quelques temps pour se prononcer mais saluons cette formidable découverte.

Sources : DailyMail, Maxi Sciences

Crédit photo : vétérinaire de garde rolle sur Flickr