Chien qui aboie : tout savoir sur les aboiements du chien

6
1919
chien qui aboie

Pour de nombreux humains, l’aboiement est le langage (qui plus est unique) du chien. En réalité, il fait partie de la panoplie d’outils dédiés à la communication canine, au même titre que les postures du corps, le marquage urinaire ou visuel, et l’ensemble des signaux d’apaisement. Guide du chien vous propose d’en parler pour mieux comprendre votre poilu et ceux qui vous entourent.

L’aboiement du chien, c’est quoi ?

Si le chien est aux yeux de la loi un être sensible depuis peu, il ressent des émotions depuis toujours. L’aboiement est, avant d’être un langage, un moyen d’exprimer une émotion. D’ailleurs on explique souvent l’aboiement comme une décharge nerveuse. Allons plus loin.

En réaction à un environnement, un stimulus (qui peut être un bruit, une personne, une forme), le chien peut faire sortir ce qu’il ressent par le biais de l’aboiement. En général, on pourra observer d’autres signes en fonction du contexte depuis la position de la queue, la posture du corps, le positionnement des oreilles ou encore la présence ou non d’une crête dorsale (piloérection).

Il existe différents types de vocalises chez le chien :

  • L’aboiement
  • Le gémissement
  • Le hurlement
  • (Le grognement / grondement) : vibration dans la bouche ou la gorge qui peut avoir de multiples sens (pré-morsure, douleur, n’approche pas !)

Plus précisément, l’aboiement a probablement servi à l’origine d’alerte afin de prévenir les congénères, puis l’humain, pour permettre d’intervenir. L’aboiement est aussi émis par le chien dans l’attente des informations nécessaires pour savoir à qui il a à faire par rapport à une personne donnée. Et il existe tant d’autres cas !

Il est donc important d’analyser le contexte pour tenter de comprendre votre poilu et déterminer si l’aboiement est normal ou bien lié à un problème comportemental ou physiologique.

Y a-t-il un aboiement pathologique ?

L’aboiement pathologique est un aboiement dit anormal. Il va s’accompagner d’un comportement étrange ou de troubles réels tels que de la mutilation, de la destruction, la malpropreté, ou des stéréotypies (mouvements répétés sans but comme le balancement ou les allers-retours).

Dans ce cas précis, la consultation auprès de votre vétérinaire est de mise pour trouver la cause du trouble de votre chien et le soulager. Le recours à un comportementaliste canin peut aussi être recommandé et complémentaire.

Les différents types d’aboiement chez le chien

L’aboiement peut être utilisé par le chien dans différentes situations :

  • L’aboiement de garde : le chien utilise l’aboiement pour signaler sa présence et défendre ce qui a de la valeur pour lui. Le chien de garde aboie pour dissuader, pour faire fuir, mais aussi pour prévenir son propriétaire.
  • L’aboiement de peur : le chien aboie pour signaler un inconfort, il peut jouer cette carte pour faire fuir un congénère, une personne ou n’importe quel objet qui déclencherait une réaction de peur.
  • L’aboiement de jeu : le chien aboie pendant le jeu, il associe des postures de jeu (coudes par terre avec le train arrière haut et la queue remuante en hélice), la course-poursuite, le faux combat, le chevauchement, ainsi que des aboiements d’excitation.
  • L’aboiement de demande : le chien aboie pour obtenir quelque chose comme l’ouverture d’une porte, un lancer de balle, une attitude du maître.
  • L’aboiement d’appel : le chien aboie pour attirer l’attention et provoquer une réponse d’un congénère ou d’un humain.

En règle générale, le chien qui utilise l’aboiement va observer si ce dernier lui permet d’avoir un résultat favorable. Si c’est le cas, l’aboiement sera réutilisé puisqu’il est associé à la réussite et à la récompense.

Quelles réactions avoir face à l’aboiement ?

  • Ignorer : pour favoriser l’extinction de l’aboiement lorsqu’il est gênant.
  • Contre-conditionner : on utilise un moyen de détourner le comportement du chien sur autre chose, on va remplacer l’aboiement par un autre comportement choisi et renforcé par l’entrainement. Par exemple, il peut être demandé un assis récompensé par des friandises. N’hésitez pas à valoriser l’absence d’aboiement également !
  • Corriger : par une punition positive, pas seulement liée à la douleur mais due à l’ajout d’une réponse. En cas d’aboiement, le maître peut apprendre le « chut » à son chien et procéder à un isolement de quelques minutes pour que le chien se calme. Il peut s’agir d’une bouteille avec des cailloux agitée au moment de l’aboiement intempestif après la commande, ou bien d’un collier anti-aboiement au gaz (avec ou sans parfum). Rappelons qu’en Suisse et en Ecosse depuis début 2018, le collier anti-aboiement est maintenant interdit.

Bon à savoir : chercher la nature de l’aboiement est essentiel pour agir dessus. Il n’y aurait aucun sens de punir un chien qui aboie sans comprendre pourquoi il le fait. La mise en place d’un programme éducatif est obligatoire.

Un aboiement pour une signification ?

aboiements chien significations
© Unsplash – Robert Szadkowski

Le chien qui aboie est capable de moduler sa voix vers les aigus ou vers les graves pour changer le sens de son message. Sauriez-vous les décrypter ?

Stanley Corren a écrit « Comment parler Chien ». Il y détaille une typologie d’aboiements canins qui peut laisser perplexe. Si un chien (un émetteur) envoie un message (un aboiement qui a un sens) à un récepteur (un autre chien ou un humain formé à l’aboiement canin) capable de décoder ce messager, nous sommes face à un langage ! Quoi, l’humain ne serait pas le seul à avoir un langage alors ? 😉

Comment reconnaitre un aboiement d’un autre ? Tonalité, longueur, répétition, pause sont autant d’éléments à prendre en compte pour essayer de comprendre le sens de l’aboiement à un moment précis. Voici quelques exemples :

  • Le signal d’alarme : 3 ou 4 aboiements rapides enchainés espacés par de brefs silences
  • Tenez-vous prêts : succession d’aboiements de tonalités moyenne
  • J’ai peur de ce qui approche : séries d’aboiements plus lents et plus graves sans pause
  • Y’a quelqu’un ? : aboiements séparés les uns et des autres par un long intervalle
  • Salut : un aboiement bref et sonore, plutôt aigu, éventuellement répété
  • Je suis content : aboiements crescendo du grave à l’aigu qui marquent la satisfaction (dans le jeu notamment mais qui ne sont pas un appel)

Certains chiens vont être qualifiés de gueulards, c’est peut-être parce que l’humain ne comprend pas ce que le chien cherche à exprimer, ou parce qu’il a récompensé l’aboiement sans le savoir. D’autres races sont recherchées pour ça afin de jouer le rôle de sentinelle (les chiens de garde en sont l’incarnation même), il faut donc faire preuve de logique et accepter ce que propose le chien, ce qui n’empêche pas de l’éduquer pour canaliser l’aboiement.

Quand on regarde l’aboiement du chien de plus près, on s’aperçoit qu’il est utilisé dans de nombreuses situations et de multiples façons différentes, jamais pour rien. En complément de l’aboiement du chien, nous vous conseillons de jeter un œil au grognement chez le chien, moyen d’expression complémentaire qu’il faut aussi apprendre à décoder.

Crédit photo : © Fotolia – alexei_tm

Pauline Lalangue
Éducateur canin comportementaliste. Passionnée de chiens depuis toujours, la chienne de la SPA avec qui j'ai grandi m'a poussée à devenir bénévole en refuge puis à me former à l'éducation pour permettre à tous de vivre en harmonie.

6 COMMENTAIRES

    • Oui mais parfois c’est malheureusement nécessaire pour faire taire les voisins qui se plaignent des aboiements car en plus ils ont la loi pour eux 🙁

  1. Les aboiements peuvent être motivés extrinsèquement mais également intrinsèquement, c’est à dire qu’ils peuvent s’auto-renforcer sans qu’il y ait de conséquence extérieur. Ces aboiements ne sont donc pas associés à la réussite et à la récompense et ne doivent surtout pas être ignorés (puisque auto-récompensés). Quelle est l’utilité d’ignorer un chien qui aboie dans un jardin ?

    On ne puni jamais un aboiement, et surtout pas positivement ! L’aboiement est juste un symptôme, traiter un symptôme ne guéri pas du mal. La punition positive va donner une raison supplémentaire au chien d’aboyer et nous risquons de créer des associations négatives avec le stimulus déclencheur, ou avec l’auteur des punitions… Nous avons donc tous les ingrédients pour détruire une relation.

    Comme je l’ai dit plus haut, l’aboiement est un symptôme, si on veut que ce comportement cesse il faut en trouver les causes. C’est en traitant les causes qu’on stoppera les aboiements. Il n’existe aucune conséquence valable pour faire stopper la plupart des aboiements, en dehors des demandes d’attention (à condition de renforcer un comportement alternatif). Conseiller la punition, peu importe laquelle, est dangereux en plus d’être inefficace.

    • Bonjour Sterox,
      Que conseillez-vous pour les aboiements sur les gens et chiens dans la rue et aussi à la maison lorque l’on monte se couché et au réveil dès lors que l’on passe dans la salle de bain 🙂

      Merci d’avance de votre aide

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.