Accueil Éducation Collier anti-aboiement à spray en intérieur : pour ou contre ?

Collier anti-aboiement à spray en intérieur : pour ou contre ?

2416
2
PARTAGER
Collier anti-aboiement spray

Votre chien étant un chien, l’aboiement fait partie de lui, trop de personnes ont tendance à oublier cette donnée qui est pourtant capitale. Cependant, il arrive que cet aboiement devienne gênant pour vous et pour votre entourage. Votre chien aboie et vous ne parvenez pas à le faire taire ? Vous habitez en appartement et vos voisins vous ont menacés de porter plainte et ont déjà prévenu le syndic de copropriété ? La situation est compliquée, d’autant plus que si vous êtes en activité, et que votre chien passe du temps seul.

Après avoir rappelé les bons comportements à avoir pour aider votre chien à supporter la solitude et la séparation, nous examinerons la question du collier anti-aboiement. Plutôt que d’appliquer une solution radicale comme on le voit parfois (l’enfermer dans un endroit où il gêne moins au détriment de son bien-être, lui donner des médicaments, ou vous en séparer), prenons le temps de poser les choses !

Collier anti-aboiement : de quel procédé parlons-nous ?

Comme chacun sait, le monde de l’éducation canine connait de profonds changements. Deux courants s’opposent, celui de l’éducation traditionnelle et celui de l’éducation positive (qui se développe en réalité depuis 30 ans, notamment grâce au vétérinaire comportementaliste américain Ian Dunbar). Le Guide du Chien ne cherche pas la polémique, au contraire, et souhaite la discussion proactive, vos retours sont donc les bienvenus en commentaire comme toujours.

Nous ne parlerons pas ici du collier électrique qui consiste à envoyer une décharge dans le cou du chien pour corriger un comportement inapproprié. Les fabricants ont cherché à s’adapter aux nouvelles tendances et à adapter leurs produits aux nouveaux usages, ils ont développé des colliers électriques plus sophistiqués permettant d’avertir le chien par le biais de bips, de vibrations, puis de décharges. Nous sommes convaincus que la patience, l’éducation et l’entrainement permettent de ne pas avoir recours à ces objets.

Nous traiterons de l’usage du collier anti-aboiement à spray qui se déclenche quand un aboiement survient et que le collier est allumé. Il produit une réponse désagréable au chien mais ne provoque pas de douleur. Pour certains, il s’agit déjà d’un acte de torture, mais pour d’autres, c’est un outil qui peut aider dans des situations critiques sans douleur physique : quant à la douleur psychologique provoquée, charge au maître de proposer une alternative à son chien pour se défouler. Cet objet repose sur le conditionnement de Skinner qui donne une réponse à un comportement donné :

  • Si le chien aboie, le spray se déclenche pour libérer soit une dose d’air inodore, soit une dose d’air parfumé de citronnelle (odeur peu appréciée des chiens).
  • Si le chien n’aboie pas rien ne se passe (ou la réponse négative est supprimée).

Trouver la cause de l’aboiement : priorité absolue

Trouver la cause de l’aboiement une priorité absolue
© Flickr – Jo Christian Oterhals

Avant toute chose, il faut comprendre le type d’aboiement que produit votre chien. S’il vocalise, c’est bien pour exprimer quelque chose ! Si l’aboiement est considéré comme une décharge nerveuse pour évacuer un trop plein d’émotion dans certains cas, c’est aussi un moyen de communication.

En effet, il ne suffit pas de mettre un collier anti-aboiement à votre chien pour régler le problème à la source, il ne s’agit là que de corriger un symptôme. Dites-vous bien que si vous supprimez l’aboiement sans comprendre ce qui se passe dans la tête de votre chien, d’autres troubles pourront apparaitre comme la destruction, l’automutilation, la malpropreté, etc.

Rappel des différents types d’aboiements :

Aboiement de demande : votre chien vocalise pour attirer votre attention, il vous appelle lorsque vous partez ou cherche à attirer votre attention pour entrainer une action de votre part => répondez si vous le souhaitez, sachez que quand un chien obtient ce qu’il veut par un moyen, il recommencera par la suite. Pas folle la guêpe ! D’où l’intérêt d’apprendre à son chien le « chutt » pour pouvoir maîtriser l’aboiement dans certaines situations, comme quand on parle avec quelqu’un par exemple.

Aboiement d’invitation au jeu : votre chien aboie pour que vous lui lanciez la balle => la lui lancer quand il se tait.

Aboiement de garde : votre chien aboie quand des personnes passent devant chez vous ou passent la porte ? => à vous de voir ce que vous tolérez ou non. Vous pourrez apprendre à votre chien à aboyer sur commande et non pas de façon intempestive et travailler à la désensibilisation des stimuli. Un petit exercice très simple consiste à proposer une autre activité à votre chien quand il se met à aboyer (faire un contre-conditionnement). Par exemple, lui donner une friandise quand quelqu’un passe votre porte et répéter l’exercice dix fois, avec des personnes différentes. Puisqu’il ne peut pas mâcher et aboyer, il préfèrera être récompensé !

Aboiement de peur : votre chien est en situation de stress et aboie autant pour impressionner l’individu (homme ou animal) qui lui faire face que pour évacuer la tension => travailler la complicité pour que votre chien prenne confiance en lui.
L’aboiement de demande et de peur peuvent se combiner dans le cas où le chien aboie quand il se retrouve seul.

Rituel de départ : oubliez-le au profit d’un autre rituel efficace

Pour apprendre au chien à rester seul et à mieux vivre les départs de ses humains, on conseille de ne pas « ritualiser le départ » par une session caresse qui viendrait exciter le chien ou par un flot de paroles trop important à base de : « Ne t’inquiète pas je reviens, tu vas rester très sage. Médor ne va pas faire de bêtise, hein, tu ne vas pas faire de bêtises et tu ne vas pas aboyer non plus, d’accord ? … ». Ça vous parle ?

Les conseils qui marchent :

  • Faire des faux départs : on prend ses affaires, on sort, et on revient quelques minutes après, et on s’absente de plus en plus longtemps.
  • Sortir le chien avant de quitter la maison pour qu’il se dépense, fasse ses besoins, et se fatigue.
  • Laisser un fond sonore avec la télévision (Dog TV n’est pas obligatoire …) ou la radio
  • Donner un kong bien garni pour occuper votre chien juste après votre départ.
  • Lui laisser des jouets différents à disposition (doudou, os à mâcher, plateau de jeu avec croquettes à trouver, etc.).
  • On peut aussi choisir de donner la gamelle au moment du départ pour faire diversion et associer le départ à quelque chose d’agréable.
Rituel de départ chien
© Flickr – TrevorLowe

Cas particulier du chien qui aboie en appartement

Combien de chiens se retrouvent abandonnés car leurs humains n’ont pas trouvé de solution pour mettre un terme aux troubles du voisinage ?

La méthode qui consiste à habituer le chien progressivement à la solitude est bien sûr à mettre en pratique quotidiennement, mais il est parfois obligatoire de trouver une solution rapide pour limiter la casse. C’est notamment ce qui m’est arrivé avec Jenny, récemment adoptée en refuge, qui aboyait jusqu’à 1heure sans interruption après mes départs. Naturellement, les voisins n’ont pas tardé à se manifester avec virulence. J’ai donc testé ce collier en continuant d’appliquer le reste du protocole et les résultats ont été visibles immédiatement.

Mise en garde : le collier anti-aboiement ne constitue pas une solution magique se suffisant à elle-même. Vous devez prendre du temps pour votre chien (car un chien est un animal social qui a besoin de voir des congénères et de passer du temps avec des humains), mais aussi pour lui apprendre que la séparation temporaire ne signifie pas abandon.

Si vous n’avez pas le temps de travailler à l’habituation de votre chien à cause de pressions extérieures et qu’il vous faut une solution de dernier recours avec des résultats rapides, le collier anti-aboiement peut permettre d’apaiser les tensions. Mais il faut poursuivre en parallèle les efforts…

Bien choisir son collier anti-aboiement et apprendre au chien à le mettre

Bien choisir son collier anti-aboiementVoici quelques conseils pour choisir le bon collier anti-aboiement. Prenez-leur facile à régler et à attacher. Le plus important est d’examiner les commentaires des clients précédents pour voir les défauts éventuels trouvés comme la fuite du réservoir. Choisissez-le le plus petit possible, en optant pour un modèle léger afin de limiter la gêne. Enfin, pensez à opter pour un modèle facilement rechargeable !

Pour apprendre à votre chien à accepter le collier anti-aboiement, quelques étapes suffisent :

  • Demandez un assis
  • Demandez un pas bouger (il sera plus simple de mettre et régler le collier si vous ne courrez pas derrière votre chien dans toute la pièce)
  • Récompensez votre chien avec une friandise
  • Positionnez le collier et réglez-le en parlant à votre chien (félicitation verbale)

Attention : ne prenez pas de risques avec votre chien qui pourrait s’agacer ou ne pas aimer la proximité prolongée autour de sa tête. Vous pouvez régler le collier en amont ou bien museler votre chien le temps du réglage (avec récompenses bien sûr !).

Il est important de récompenser votre chien quand vous lui mettez le collier pour qu’il associe le geste à un moment neutre voire agréable. Le collier anti-aboiement ne marche pas sur tous les chiens mais il peut aussi être redoutablement efficace.

À votre retour, vous pourrez retirer le collier en demandant un assis-pas bouger avant de laisser votre chien vous faire la fête !

À terme, vous pourrez le laisser sans remplir le réservoir (fonction dissuasive pure) et le retirer définitivement si cela est possible.

Conclusion sur cet outil d’éducation

Nous ne recommandons pas du tout ce collier pour les promenades car le chien pourrait ne plus aboyer (un moyen de prévenir) et passer à l’acte de morsure, certains colliers se déclenchent aussi quand un autre chien aboie, ce qui produit une correction complètement illogique. Ce collier est un outil comme un autre, il convient de savoir l’utiliser à bon escient.

N’oubliez pas, un chien aboie, il est naturellement conçu pour ça. Toutefois, pour avoir une relation apaisée et harmonieuse avec lui, vous pouvez choisir les situations dans lesquelles il a le droit de le faire et d’autres où il ne faut pas. Bon apprentissage ! Vous rencontrez des soucis avec votre chien la nuit ? Lisez notre article sur le chien qui pleure la nuit pour y voir plus clair et retrouver le sommeil (autant lui que vous).

Crédit photo : © Fotolia – Antonio Gravante

PARTAGER
Pauline Lalangue
Éducateur canin comportementaliste. Passionnée de chiens depuis toujours, la chienne de la SPA avec qui j'ai grandi m'a poussée à devenir bénévole en refuge puis à me former à l'éducation pour permettre à tous de vivre en harmonie.

2 COMMENTAIRES

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here