Accueil Actualité Une ville espagnole donne les mêmes droits aux chiens et aux chats...

Une ville espagnole donne les mêmes droits aux chiens et aux chats qu’aux citoyens humains

48850
16
Une ville espagnole donne les mêmes droits aux chien et aux chats qu’aux citoyens humains

Alors que la France reconnaît depuis le 16 février 2015 les animaux comme des “êtres vivants doués de sensibilité” dans le Code civil et non plus comme des “biens meubles”, une ville espagnole a décidé d’aller encore plus loin et a voté lundi dernier une loi attribuant les mêmes droits aux chiens et aux chats qu’à ses citoyens humains.

La ville de Trigueros del Valle, située dans la province de Valladolid en Espagne, compte près de 300 habitants pour la plupart amoureux des animaux. Son maire, Pedro J. Pérez Espinosa, soucieux de la maltraitance animale et des abandons, a proposé lundi dernier un projet de loi sur le droit des animaux de compagnie à son Conseil municipal, afin de leur attribuer les mêmes droits qu’à ses citoyens humains :

Tous les citoyens sont égaux et ont les mêmes droits à l’existence. Un citoyen, qu’il soit humain ou non-humain, a le droit au même respect.

Votée à l’unanimité, la loi nommée “Renedo Declaration”, qualifiant les chiens et les chats de “résidents non-humains” se compose de 13 articles et prévoit un engagement de la municipalité à s’occuper dignement des chiens errants et à lutter fermement contre la maltraitance animale et les abandons, interdits et sévèrement punis par la loi. Le maire se félicite de l’adoption de la loi et explique :

Les chien et les chats vivent avec nous depuis des milliers d’années. Et le maire de la ville ne doit pas représenter seulement les citoyens humains , mais être également présent pour les autres.

Malgré sa petite taille et son faible nombre d’habitants, la ville de Trigueros del Valle envoie un signal fort aux autres villes d’Espagne et au pays tout entier en reconnaissant les chiens et les chats comme citoyens égaux aux humains, leur attribuant la notion de “personne non-humaine”.

De nombreuses associations se sont félicitées de l’adoption de cette loi dont l’association de défense des droits des animaux Rescate 1 :

C’est un grand jour à la fois pour les humains et les citoyens non-humains. Aujourd’hui nous sommes plus proches des animaux et nous sommes désormais même plus humains  grâce à la sensibilité et l’intelligence dont font preuve les habitants de Trigueros del Valle.

Crédit photo : © Flickr – Michele Gow

16 COMMENTAIRES

  1. WOWWWW
    Il reste encore de l’espoir dans l’humanité! En 2015, comment se fait-il que nous soyons si peu évolué au sujet des animaux? Comment de fait-il qu’il n’y a qu’une ville, dans le monde entier, qui a reconnu les animaux de “non-humains” pour qu’ils aient droit aux même droits que nous (droit à la vie, au respect, ect)?
    J’espère qu’il y aura plus de gens qui s’allumeront et évolueront.

  2. Extraordinaire, surtout en Espagne, cela me réjouit et me console un peu de mon désespoir concernant le genre humain ! Je ne peux que féliciter tous ceux qui ont approuvé et le courage de celui qui a lancé L’idée ! Mille fois merci et BRAVO !

  3. et les galgos pendus après la course, ils font partie des animaux ? et les chèvres jetées du haut du clocher ? il faut espérer que TOUS les espagnols se sentiront concernés !!!

  4. Bravo, mais le spécisme ne cesse de grandir.
    On privilégie des espèces, en laissant croupir les autres.
    Les taureaux, en Espagne, n’ont pas cette chance.
    Dans le reste du monde occidental, ce sont les animaux de “consommation” qui n’ont pas cette chance.
    Alors oui, applaudissons les bonnes actions, mais ne détournons pas les yeux des VRAIS problèmes.

  5. Une petite mesure populaire dans un endroit où les habitants aiment les animaux domestiques, mais cela pourrait être le point de départ d’une évolution des consciences. Evidemment c’est plus facile de donner des droits aux animaux qu’on ne tue pas pour leur prendre leur fourrure, leur peau, leur chair. Donner les mêmes droits aux animaux de ferme, aux animaux élevés pour leur fourrure, pour les laboratoires, ou au gibier serait trop impopulaire, ce serait carrément un sabordage politique. Quel élu se mettrait à dos les industries de la viande, de la mode, des cosmétiques, les lobbies de chasseurs ?

  6. J’adore ton commentaire, Isabelle. Cependant, je préfère voir qu’il y a un début à tout. Non, ce ne sont pas tous les animaux qui ont accès à des droits et ce n’est pas partout sur la Terre. Cependant, pour la première fois, dans l’histoire de l’humanité, les animaux ont reçu des droits, dans une ville. C’est un début. Espérons que ce début ne soit pas, non plus, une fin et que cela continue jusqu’à ce que TOUS les animaux, sans exception, puisse recevoir des droits.

  7. C’est une excellente nouvelle pour les chiens et les chats. Quid des autres espèces animales? Je pense plus particulièrement aux taureaux et aux animaux de boucherie. Ne mériteraient-elles pas aussi notre respect?

  8. Apprenons et prenons le temps de réfléchir. Apprenons à donner du temps au temps. Décidons de nous poser. Soyons plus posés, nous serons plus humains. Nous nous AIMERONS(pas trop tôt). Nous userons du respect. Respect à l’égard de soi, des siens, des petits, des faibles, des grands des forts… De ses proches, des autres: quels qu’ils soient d’où qu’ils viennent. Nous respecterons Dame Nature. Nous respecterons tous nos AMIS les Animaux. Nous respecterons Madame LA VIE(il n’est jamais trop tôt ni trop tard).
    Je l’ai déjà aussi dit: “Toute acte de cruauté à l’égard de tout animal doit-être répréhensible par la LOI. En cas d’inobservation comme de récidive. J’adhère à 1000% et je m’associe à vous.
    Cependant, je me permets solliciter un bémol… Depuis 40 ans que je travaille dans la Relation d’Aide… Vous ne sauriez imaginer COMBIEN de ces maltraitants l’ont été enfants… Maltraités: Humiliés, injuriés, battus, souillés, ignorés, réduits à rien… Et comme NOUS voulons oublier ou-et ne pas mettre en pratique que “Nous sommes bien victimes de victimes de notre héritage familial. Victimes de victimes qui n’osent pas choisir de vaincre nos repères familiaux. Victimes de victimes qui préfèrent subir dans notre zone de “confort” qui nous encourage à reproduire les schémas relationnels familiaux dont nous portons le poids… Qu’affronter cet héritage relationnel afin de nous en libérer, nous dispensant ainsi de reproduire ces schémas subis, dont la reproduction est néfaste à la croissance de chacun et à la nôtre en particulier®Jahrod UNYK
    Ne nous libérant pas: nous reproduisons… Travaillons sur SOI, libérons-nous de nos manques, de nos sabotages, de nos nuisances. Progressons vers le haut de nous-même et non vers la facilité, la fragilité, le laxisme et la permissivité… Élevons notre regard, redressons nos épaules, bombons le torse ou le buste, optons pour un comportement stable et équilibré, adoptons une attitude dynamique, un pas tonique et énergique, serrons-nous les coudes… Et devenons de réels repères pour Soi, les nôtres, nos enfants, les autres… Sortons de notre maladif septicisme, de notre négativisme, de nos doutes, peurs fuites… Parce que nous parlons des animaux… mais le plus souvent cela commence avec nos propres enfants que nous respectons pas… Maladresses, critiques multiples et répétées, grossièretés, injustices diverses… et violences caractérisées et non -maîtrisées… Devenons exemples pour Soi et nos gamins qui nous observent et nous copient seront plus aimants et respectueux. Plus de respect, plus d’AMOUR, moins de violences ! Je sais nous ne sommes pas parfaits… Cependant nous sommes perfectibles: il suffit que nous travaillons sur SOI.

  9. Ah ben vlà autre chose! Je ne m’y attendais pas à cette excuse là! L’enfance malheureuse! Et quoi? Parce qu’on a eu une enfance malheureuse, qu’on été brimé, humilié, on peut faire tout le mal qu’on veut? Même excuse que pour les adultes qui maltraitent femmes et enfants! Non non non et renon!!! Il n’y a pas d’excuse à la sauvagerie!!

  10. Oui nous sommes tous égaux !! les animaux ont possède des caractéristique humains et le humains possède des caractéristiques animales. Nous sommes tous liés et interdépendant des uns et des autres. Nous avons tous besoins des uns et des autres. Chaque être est unique et possède une conscience. Soyons bienveillant envers ceux qui ont une autre forme de vie que la nôtre.Oui nous sommes égaux et n’existe pas de supériorité. Élever ne veut pas dire abattre enchaîner, humilier. Élever c’est élever à notre hauteur. Reconsidérons notre regard et changeons de schéma, de paradigme car l’ancien ne convient plus. Nous avons tout les renseignements , toutes les informations concernant les autres formes de vies . ne méprisons pas se savoir et agissons dans le bon sens pour tous êtres de vies sur la planète et dans l’univers . Cela s’appelle aussi avoir du respect pour soi . Dans la liberté des choix, servir le bien commun, ou, juste soi-même?
    Nous sommes une cellule unifié dans le mouvement de la vie, dans la respiration de l’amour infini.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.