avc chien

Les chiens ayant atteint un âge avancé sont plus exposés au risque d’accident vasculaire cérébral, un arrêt brutal de l’irrigation du cerveau ou une hémorragie. A l’instar des humains où l’AVC peut entraîner une perte d’autonomie importante, l’oubli de la parole, ou la paralysie, l’AVC chez le chien provoque des séquelles mais elles ne sont pas forcément irréversibles. La lecture de cet article a pour but de vous aider à reconnaître les signes et adopter les bons gestes immédiatement et sur la durée.

C’est la panique : mon chien va très mal, que faire ?

Les AVC arrivent sans crier gare et l’on se trouve bien démuni quand cela se produit. Vous venez de trouver votre chien couché par terre à un endroit inhabituel, il y a du vomis sur le sol, il ne se lève pas quand vous l’appelez ? Il est probable qu’il ait fait une attaque mais à ce stade, impossible de déterminer sa gravité.

Il suffit de 3 minutes de manque d’oxygène au cerveau pour qu’il y ait des séquelles. Comme le conseille l’article sur veturgences.com, il faut agir vite, mais il est extrêmement rare de se trouver avec le chien au moment de l’AVC ou à moins de 3 minutes d’un vétérinaire.

Commencez d’abord par rassurer votre chien en lui parlant et en le caressant pour constater sa capacité à interagir avec vous. S’il commence à s’animer, encouragez-le à vous sentir et à vous lécher toujours pour signifier que vous êtes bien là. Ensuite, tentez de le faire se lever pour faire les premières constatations. Voici ce qu’il faut examiner :

  • A-t-il des convulsions ?
  • A-t-il l’équilibre ?
  • S’appuie-t-il contre un meuble ou un mur pour avancer ?
  • A-t-il la tête penchée, voire la gueule ouverte et la langue pendante ?
  • Ses yeux sont-ils agités ?
  • Sa tête est-elle particulièrement chaude ? (maux de tête)
  • Est-il capable de s’alimenter et de boire seul ?

Si l’accident se passe en pleine nuit, que cela vous réveille ou que vous assistez à la scène, vous pouvez appeler un vétérinaire de garde. Je vous invite à consulter le site vetoadom.com ou à appeler directement le numéro suivant 01 47 46 09 09.

Si vous constatez l’AVC probable au petit matin ou pendant la journée, adoptez le principe de précaution : amenez votre animal chez son vétérinaire pour faire évaluer son état ou au service des urgences vétérinaires proches de chez vous (cliniqueplacedesfetes.com à Paris par exemple). Ce sera aussi l’occasion de tenter de comprendre ce qui a pu se passer. Il n’est pas du tout certain de pouvoir fournir une explication, l’âge étant la principale cause, mais on peut aussi parler de tumeur, d’anévrisme ou encore d’hypertension artérielle.

Que se passe-t-il chez le vétérinaire ?

Tout spécialiste commence par observer et ausculter le chien qui aurait fait un AVC. Les questions exposées ci-dessus sont d’excellents indicateurs, le vétérinaire procède aussi à des tests de réflexe (pupilles, mouvements) pour mesurer les connexions nerveuses et les dommages éventuels.

Si l’AVC est pris à temps, on peut déceler la cause, l’hypertension par exemple, et prodiguer un traitement adapté. Le vétérinaire peut aussi soulager l’animal pour lui permettre de retrouver ses forces plus facilement par le biais d’un calmant ou d’un pansement gastrique.

Ce moment peut-être extrêmement difficile car certains chiens sont agonisants et la seule chose à faire pour les soulager est d’accepter l’euthanasie. Dans la plupart des cas, le chien a surtout besoin de repos, une sorte de convalescence au cours de laquelle il devra réapprendre à s’alimenter, à se déplacer, et retrouver l’équilibre.

Il faut être très vigilent les jours qui suivent l’AVC chez le chien pour pouvoir réagir en cas de seconde attaque. Tout maître responsable qui aime son chien saura qu’en cas de nouvel accident, l’évaluation de l’état de souffrance devra être réalisée, autant que sa capacité à tenir. Le vétérinaire sera présent le cas échéant pour aider à la prise de décision. Pour lire le témoignage d’un maître qui a vécu cette épreuve, cliquez-ici.

Quels sont les bons comportements à adopter ?

avc chez le chien
© Pixabay – rihaij

Vous faites partie des maîtres chanceux qui ont eu la chance de ramener leur animal à la maison, avec l’espoir de le voir recouvrer la santé.

Le traitement de l’AVC du chien se poursuit à la maison et votre investissement jouera une grande importance dans son rétablissement.

En plus du traitement classique qui est souvent prescrit, le vasodilatateur Tanakan et de la cortisone, l’homéopathie peut aussi aider votre chien à récupérer grâce à son action qui stimule le cerveau. Il s’agit du Conium maculatum et du Baryta carbonica à donner matin et soir à raison de 3 gélules à chaque prise sur un mois.

En pratique, respectez votre chien et son besoin de récupération. Accordez-lui un espace tranquille où il ne sera ni dérangé ni embêté pour dormir au calme. Tout comme pour nous, le sommeil permet le processus d’auto-guérison, à plus forte raison chez des sujets âgés.

Il n’arrive plus à manger ou à boire ? Tentez la technique du doigt ou le nourrissage à la main. Pour le faire boire, il vous suffit de tremper votre doigt dans de l’eau et de lui présenter. Pour la nourriture, offrez-lui des petites quantités et surtout adaptez-là. En effet, il arrive qu’un AVC empêche le chien de croquer des aliments durs (croquettes ou biscuits) pour une durée indéterminée. Ce peut être l’occasion de passer à un nouveau type de nourriture, c’est-à-dire du mou et de l’humide : coquillettes, carrés de jambon, et quelques légumes éventuellement. Nul doute qu’il risque d’y prendre goût ! Cela peut prendre un certain temps et vous valoir quelques courbatures mais c’est ce qui lui permettra de retrouver ses réflexes, l’affaire de quelques jours.

Il a du mal à se déplacer ? Aidez-le, respectez son rythme, et anticipez les éventuelles chutes pour limiter la casse. Votre accompagnement lui sera d’une aide précieuse et l’aidera à reprendre confiance en son corps tout en retrouvant ses appuis tout doucement !

Pour aider le chien à faire ses besoins en cas de paralysie passagère, vous pouvez placer une écharpe au niveau du ventre de votre chien pour le soulever. C’est un excellent moyen de rééduquer les membres en limitant le poids sur les pattes, ce qui facilite la récupération. Que ce soit pour aider votre chien à se déplacer dans la maison ou pour sortir, l’écharpe est un super outil ! Pour la mettre sous votre chien soyez prudent :

  1. appelez votre chien
  2. approchez-vous de côté
  3. faites lui sentir l’objet
  4. passez lui doucement sous le ventre
  5. récompensez (friandise ou caresse)
  6. motivez-le tout doucement

Plusieurs fois par jour, nous vous recommandons aussi de faire des exercices de flexions / extensions des membres tout en douceur avec récompenses pour redonner du tonus aux pattes.

Chose très importante à comprendre : votre toutou adoré peut rester dans cet état, aller mieux, ou subir une nouvelle attaque. Tout maître doit s’y préparer et il est d’ailleurs important d’en discuter avec les enfants s’il y a lieu pour éviter de créer un tabou et de cristalliser la douleur. Une phrase du type : « Notre chien est très fatigué, on va tout faire pour qu’il guérisse mais il se peut que son corps n’y arrive pas. » sera juste et il faudra avoir le courage de la prononcer pour éviter de donner de faux espoirs aux petits maîtres qui peuvent ne jamais avoir été confronté au deuil ou à la maladie.

Un AVC chez le chien est toujours une grosse épreuve, pour l’animal, comme pour les maîtres. Surtout, n’oubliez pas qu’une bonne dose d’amour, de vous à lui, contribuera grandement à son rétablissement. Eh oui, la zoothérapie marche dans les deux sens !

Crédit photo : @ Pixabay – jobertjamis23